Projet de l'église de Port-Royal de Paris

Principes

C’est la sobriété et l’austérité qui caractérisent l’architecture à Port-Royal: les bâtiments figurent le dépouillement spirituel prôné par les augustiniens. Mère Angélique, qui « aimait, par l’esprit de Jésus-Christ, tout ce qui est laid », consentit à ce qu’une restauration de l’église des Champs détruisit tout l’équilibre des proportions de l’édifice: les chapiteaux des grosses colonnes se retrouvaient presque à hauteur de tête. Peu importait à la mère abbesse, qui n’avait pas de mots assez durs pour fustiger les dépenses que faisaient les carmélites pour embellir leur couvent: elle préfère de son côté que l’argent aille aux pauvres plutôt qu’à d’inutiles embellissements.

De même, lorsqu’elle fit construire la maison de Paris, elle veilla elle-même à simplifier les plans proposés par l’architecte Le Paultre, qui lui paraissaient trop ornés. C’est ainsi que, sur les gravures préparatoires qui nous sont restées, nous trouvons, au centre de la coupole, un cadre ovale où devait être représentée une colombe sortant des nues: pour des raisons financières sans doute, mais aussi par fidélité à l’esprit de pauvreté et de retenue qui était celui de ce monastère cistercien, Mère Angélique retrancha cette décoration.